Sommaire | MonEspace | Galeries | Forum | Annuaires | Concours | Référencer | Exposer | Rechercher | Contact
PHOTOBIS le Portail de la Photographie
05.2010 NEWS  WWW.PHOTOBIS.COM LETTER 06.2010
Lettre d'information PHOTOBIS [Portail de la Photographie]
Pour accéder à l'index global des archives de l'ensemble des News Letters Photobis : Cliquez ici
Marc Maldinez interview

Interview "Confidences Photos" de Marc Maldinez par Europe Photo :

Des fois, on ne peut pas refuser l'interview quand les questions posées sont pertinentes et l'on essaie alors d'y répondre au mieux, c'est donc au jeu de l'interview que Marc MALDINEZ a mis cartes sur table afin de vous dévoiler quelques secrets sur lui-même et évidemment sur son point de vue sur l'image photographique en dévoilant peut-être aussi un probable avenir d'Internet...

En guise de NEWS LETTER de ce mois de MAI 2010 nous aurons donc ci-dessous cet interview, merci à Europe Photo et à Pascal RICHARD :


Pascal RICHARD : Marc Maldinez, votre site Web PHOTOBIS est probablement l'un des plus anciens du réseau Internet, l'un des tous premiers sur la toile dans le secteur de la photographie. Dans quel but aviez-vous créé PHOTOBIS ?

Marc MALDINEZ : Tout d'abord merci de m'accorder cet interview. Effectivement le site PHOTOBIS a été lancé dès 1994-1995 sur l'un des premiers opérateurs internet français de l'époque (Worldnet de Sébastien Soccart). Dès les années 90 je m'intéressais à l'informatique et à ce nouveau média du "Web" encore balbutiant en France, je me souviens des connections très lentes avec des temps de chargement d'images épiques et du fameux "trumpet winsock" du modem ainsi que de son bruit strident si caractéristique... En fait, en 1994 je commençais mes séries d'expositions collectives "Festival Photobis" (ou M.B.P pour "Mois Bis de la Photo") et j'éditais de beaux mais assez couteux catalogues d'exposition "papier" pour chaque session semestrielle, en découvrant internet j'ai tout de suite compris que je pouvais porter les catalogues d'exposition en ligne pour en faire profiter un plus large public et donner une meilleure visibilité aux photographes, ainsi est né PHOTOBIS, je n'ai d'ailleurs véritablement exporté les catalogues comme "archives des expositions" qu'à partir de 1996, il y sont encore visibles actuellement. Par conséquent PHOTOBIS est avant tout né d'une volonté de partage du réel sur la sphère virtuelle internet, aujourd'hui le site a un petit côté "vintage - since 1994" avec sa marque de fabrique et son logo que tout le monde ou presque a déjà croisé, j'aime bien cet aspect monument qui montre cette volonté durable dans le temps, d'ailleurs les institutionnels, historiens et conservateurs de musées ou étudiants en arts plastiques vont souvent y faire un tour et me posent des questions pertinentes d'ordre historique en matière d'évolution photographique. Mais un petit lifting du site est prévu pour bientôt, le site va bientôt évoluer visuellement et au niveau de ses caractéristiques techniques, une question se pose : garderons nous ce typique "bleu Photobis" ;-)

Pascal RICHARD : Depuis 1994, quelles sont les évolutions qui ont le plus marqué votre parcours photographique sur la toile avec PHOTOBIS mais aussi en qualité d'organisateur d'événement ? Pour vous et selon vous, qu'est-ce qui a profondément changé ?

Marc MALDINEZ : Pour bien comprendre, il faut savoir que mon parcours photographique personnel a commencé bien avant PHOTOBIS, fils d'un photographe cinéaste & "TVaste", donc plongé dans l'image très tôt, études complètes de photographie, service militaire au CEP des armées, ensuite plusieurs années passionnantes dans un laboratoire photographique professionnel parisien, photographe expérimental (enregistré à la B.N), puis organisateur d'expositions... je me suis ensuite penché sérieusement sur le numérique, justement grâce à internet. Et bien entendu beaucoup de choses ont changées... On peut aujourd'hui parler d'une véritable opposition-complémentarité / réel-virtuel, d'un "Monde numérique" à part entière. C'est cette notion qui me semble importante, non seulement en Photographie mais pour toute application, étant consultant je tiens à mettre le doigt sur ce point important : rien ne sera plus jamais comme avant avec internet et le numérique, le tournant s'est effectué en 2000-2001, avec l'informatique on peut sans hésiter dire qu'internet est l'une des inventions les plus révolutionnaires de l'humanité, donc cela dépasse de loin notre simple domaine de l'image photographique.

Maintenant, effectivement internet a créé des dommages collatéraux très importants dans la communauté photographique professionnelle en redistribuant toutes les cartes... ceci est par ailleurs valable pour beaucoup d'autres domaines professionnels comme par exemple spécifiquement "l'Edition". Je n'ai pas de jugement de valeur à donner ici, car je suis à la fois triste de voir tout un monde argentique partir dans les cartons de l'histoire mais aussi très optimiste de tout ce partage grâce aux "communautés internet" et aux sites communautaires. Reste à savoir si partage signifie aussi dissolution dans la masse... désinformation, détournement, perte de l'identité personnelle ou collective, nouvelle définition des valeurs et du travail... l'outil internet étant dans toutes les mains, bonnes ou moins bonnes, chacun fera ses choix, chacun ciblera ses communautés, nous retrouverons dans l'avenir une sorte de réalité virtuelle amplifiée sur le réseau, voire une interconnexion "forte" des deux mondes, pour le meilleur, espérons-le...

Pascal RICHARD : Les services que vous proposez sur votre site sont très nombreux. Cependant, ce sont bien les activités culturelles événementielles photographiques qui sont les plus représentatives de votre activité. A quel genre de photographes vos activités sont-elles proposées ? A qui vous adressez-vous, quel est votre public ?

Marc MALDINEZ : Comme la Photographie évolue très rapidement, actuellement les genres artistiques ont tendance à se mixer entre eux, je pense que c'est une bonne chose de ne plus rester dans une seule voie classique, l'on doit parler aujourd'hui davantage "d'art de l'image" que de photographie au sens premier. Par conséquent on voit émerger des artistes utilisant la photographie comme composante de leur art et non seulement comme média prioritaire... Aller dans ce sens me semble une orientation saine, dynamique et pleine d'espoir dans une volonté d'aller au delà des conformités établies pour définir de nouvelles formes d'images, de nouvelles réalités. Par conséquent les activités proposées vont dans ce sens, avec un très large spectre. Photographie, Arts contemporains, Peinture et Arts numériques vont fusionner progressivement, PHOTOBIS va commencer une radicale mutation en ce sens, nous en reparlerons le moment venu très prochainement. Pour l'heure nous exposons les photographes en galeries réelles sur Paris avec des partenariats professionnels, l'organisation et la co-organisation sont les moteurs de notre activité culturelle en cours, les photographes/artistes sont effectivement très nombreux à vouloir exposer "pour de vrai" et non seulement en virtuel sur internet... voyons ici un juste retour des choses, exposer en vraie galerie est encore une valeur sûre et gage d'un investissement personnel dans son art qui est encore reconnu par les connaisseurs et acheteurs d'arts. Dans un autre ordre d'idée PHOTOBIS propose toujours des Galeries virtuelles photo qui sont surtout de bonnes vitrines très bien indexées sur les moteurs de recherche, ces portfolios permettent souvent de passer ensuite sur des expositions réelles, ceci via nos relations & nos contacts, lesquels sont assez nombreux depuis plus de 15 ans déjà...

Pascal RICHARD : Que pensez-vous de l'avénement du numérique au cours de ces dix dernières années, de son intégration dans les appareils photo, ajouter à cela toutes les manipulations logicielles possibles ? Est-ce un critère d'évolution, de création, fondamentale à retenir pour la photographie artistique ?

Marc MALDINEZ : Comme je l'ai déjà dit précédemment, l'on n'arrête pas le progrès même s'il y a des dommages dans des strates professionnelles, on peut s'imaginer l'avènement du numérique comme celui de l'apparition génétique d'une nouvelle race surdouée... laquelle domine toute la planète et prend le dessus sur les anciennes générations. Par conséquent le numérique étant maintenant omniprésent il faut qu'il devienne "mature", pour l'instant il est encore un peu sauvage à mon goût, tout le monde se dit "photographe" en cliquant sur son appareil, et tout le monde se dit artiste en ajoutant un petit effet numérique. La démocratisation de l'outil et de ses accessoires annexes aura eu la peau des professionnels qui étaient les gardiens du savoir du développement et du tirage photographique... Aujourd'hui, la prise de vue étant simplifiée à l'extrême, il faut peut-être remettre un peu de "matière grise" dans le sujet et complexifier ce qui est devenu si simple... c'est la prochaine évolution-révolution de l'image numérique, on voit déjà aussi pointer la 3D avec Avatar (allons nous aussi vers une prochaine démocratisation du procédé "réseau lenticulaire" 3D si couteux ?!)... Mais finalement créer une image c'est aussi une question de "Connaissances artistiques" et non seulement uniquement une question de "savoir se servir d'un outil" ou de simple technique pure.

Pascal RICHARD : Une création "logicielle" ne place t-elle pas son auteur dans un registre de lŐartifice photographique ? Ces manipulations ne sont-elles pas une sorte de cocktail technologique qui entra”ne son auteur dans une ivresse proche du délire de la manipulation dŐimages, source de dérives, parfois, vers un grand "n'importe quoi" photographique ?

Marc MALDINEZ : Justement, nous en sommes certainement encore au "tout et n'importe quoi" mais c'est une phase nécessaire de l'évolution du média, qui à pleine maturation et dans les mains de certaines personnes ayant l'application de ces Connaissances feront certainement des chefs d'oeuvres numériques au même titre que nous avons eu des Mozart, des Rembrandt ou des Léonard de Vinci :-)

Pascal RICHARD : Marc Maldinez, lorsque vous regardez une photographie, à quoi êtes-vous sensible, d'un point de vue personnel, vous, qu'est-ce que vous aimez, quelles sont vos références, les photos qui vous ont fait ou vous font encore rêver ?

Marc MALDINEZ : Je suis très compliqué en matière de choix photographiques personnels, j'ai mes coups de cœur, lesquelles sont souvent différents ou assez éloignés de mes choix professionnels lors des sélections de dossiers d'exposition en galerie, et bien heureusement pour la diversité... Donc pour parler vrai, j'aime beaucoup les photographies très esthétisantes, bien finies ou puissantes, les abstractions photographiques, j'ai aussi évidemment une passion pour les nus féminins, les univers originaux et très décalés. Si je peux citer ici quelques photographes préférés, très différents dans les styles mais toujours "puissants" dans l'exécution et dans l'aboutissement : Georges Rousse, Lionel Bayol-Thémines, Jan Saudeck, David Lachapelle, Chayan Khoï, Alberto Garcia Alix, Giacomo Costa, Uwe Ommer, Klaus Thymann... et évidemment tant d'autres "grands classiques".

Pascal RICHARD : Vous êtes "photographe dans l'âme", vous avez été responsable d'une unité de laboratoire photo à Paris, puis graphiste et Journaliste Reporter d'Images. Aujourd'hui, quelles sont vos ambitions, avez-vous un projet photographique personnel ?

Marc MALDINEZ : Je reconnais être assez ouvert sur mes différentes activités actuelles, beaucoup de domaines me passionnent, l'informatique, l'image, internet, le consulting, la communication & l'information, etc... de plus j'ai une vue assez holistique du monde donc je n'aime pas trop me couper de ce que je sais faire ou aime réaliser et analyser... Pour ce qui est des projets, j'en ai plein les ordinateurs et les cartons, mes post-it couvrent les murs, donc le principal pour moi actuellement est de rencontrer les bonnes personnes qui ont aussi des objectifs ambitieux et originaux, tout en regroupant ces domaines (lesquels sont très souvent liés à l'image, au sens large). En deux mots c'est tout un monde à définir avec ce savoir-faire mais "en partageant", car je crois dans le travail collaboratif et non dans les initiatives fermées et cloisonnées. Je pense à deux principales orientations différentes et pourtant complémentaires : ouvrir une galerie d'art sur Paris et aussi développer le concept d'univers virtuel comme Second Life dont je suis fan... le tout en continuant de manière indissociable mes activités en qualité de consultant BtoB... Donc : "à suivre" et n'hésitez pas à me contacter pour des collaborations dans ce sens, je suis à l'écoute.

Pascal RICHARD : Quels sont les projets de PHOTOBIS pour les années à venir ? Sur votre site vous évoquez une décennie type "Global Fusion Web Interface" W5, pourriez-vous nous en dire plus à ce sujet ?

Marc MALDINEZ : Oui, comme vous le savez, étant par ailleurs consultant indépendant (C.E.R.C.L.E), j'ai accès à beaucoup d'informations et mon activité s'articule autour de missions de réflexion et sur la cogitation de problématiques d'entreprises, environnementales, d'ergonomie ou d'optimisation de process ou de qualité de vie et de travail, voire de psychologie... pour faire simple. Par conséquent en faisant un peu de prospective (comme je l'avais déjà prévu l'évolution de l'Edition face à internet, ceci dès 2000) nous allons vers un Monde à deux têtes, notre "univers réel" + une "réalité augmentée". Dans l'avenir ces deux entités seront intimement liées d'où mon terme de "fusion globale", le W5 est une probable évolution du Web 2.0 en Web 5.0 où les interfaces seront directement connectées "homme-machine"... je sais ce que certains diront : "nous ne sommes pas dans l'univers d'Ubik ou de Matrix"... mais nous y arriverons un jour et certainement bien plus rapidement que nous ne le pensons, notamment avec les nanotechnologies qui permettrons à l'homme d'intégrer directement "in vivo" des éléments informatiques de "très haut niveau" et d'accéder à un savoir illimité via ces interfaces bio-informatiques. Mais nous n'en sommes pas encore aujourd'hui à l'époque des cyborgs ou du Web 5.0.

Pascal RICHARD : La photographie est un secteur d'activité qui a souffert, et encore aujourd'hui, d'un manque de respect quant à l'observation du droit des auteurs. La vente des tirages photos est l'une des sources de revenus pour un photographe. Comment ressentez-vous l'évolution de la photographie professionnelle et artistique pour ces prochaines années ? Auriez-vous des suggestions à faire en ce sens auprès des artistes photographes qui souhaitent exposer leurs Ďuvres et espèrent en tirer une rémunération ?

Marc MALDINEZ : C'est une question fondamentale, lorsque j'expose des photographes ou des artistes, je donne toujours ces informations capitales en avant-propos de tout ce qui suit de manière pratique durant mes rdv, ces conseils sont issus d'études fournies par la Documentation Française (dont je recommande la lecture) et par les conservateurs successifs de la Bibliothèque Nationale Richelieu (Cabinet Estampes & Photographie) que j'ai pu rencontrer lors de dépôts légaux. La numérotation limitée (1/3, 1/5, 1/7, 1/10 ... 1/25) est une pratique nécessaire si l'on veut vendre ses photographies, d'autant plus aujourd'hui avec la possibilité de "cloner" à l'infini ses images numériques.

En ce qui concerne les droits, de reproduction, de vente, de copyright, de copyleft, de droits partagés ou tout autre système de protection légale, c'est déjà au photographe de bien définir son statut commercial et de savoir comment il veut être perçu (dans tous les sens du terme). La notion de tirage papier numéroté (comme pour les estampes) semble donner une certaine valeur et un crédit à l'oeuvre, mais sans les notifications habituelles d'usage telles que : la signature, la numérotation, le nom de l'oeuvre, un numéro de dépôt légal institutionnel, on aura beaucoup de mal à entrer dans un marché qui a ses règles ou bien à simplement vendre à un particulier si celui-ci n'a pas l'assurance que ce qu'il achète est en série limitée (voire unique dans certains cas d'oeuvres retravaillées, colorisées, grattées, collées, découpées, etc...).

Je ne pense pas forcément que sur ce sujet les lois sur l'économie numérique ou autres lois restrictives et agressives puissent avoir un poids quelconque sur l'avancée du monde internet qui est un rouleau compresseur que l'on n'arrêtera pas si simplement par de multiples décrets inapplicables dans la réalité... Pour la Photographie sur internet on pourra toujours copier ce que l'on voit à l'écran, par contre seules les oeuvres certifiées par l'auteur auront une vraie valeur, c'est le contrat moral et commercial entre les deux parties qui prime, c'est encore une question de partage, d'offre et de demande, de réalité et de virtualité. La valeur des objets, artistiques ou non, c'est finalement la valeur que l'on veut bien "attribuer" à ces objets au sein d'un travail effectué dans un environnement concurrentiel, c'est ici le grand défi de la "valeur du travail" et du savoir-faire dont il est question... c'est d'ailleurs LA grande question planétaire dont nous ne faisons que commencer à entrevoir la complexité, tant économique, intellectuelle, que philosophique ou éthique : la crise que nous vivons actuellement est une résultante de cette crise des valeurs et de l'incertitude des notions de valeur du travail, de la place de l'homme dans la société qu'il a construite mais qui lui échappe, notamment, encore une fois à cause d'univers virtualisés comme la Bourse, la notion de "Marché global" ou "d'Entités Multinationales" détachées de la vraie réalité de l'Homme et des ressources réelles de la Planète sur laquelle il vit... Comme vous le voyez, l'art et l'économie sont liés et il faut actuellement se poser les bonnes questions de manière globale et non plus de manière corporatiste. A titre indicatif, c'est bien la notion de rentabilité qui a eu raison de supports photographiques prestigieux comme le Cibachrome et le Polaroïd, et certainement prochainement aussi des tirages argentiques.

Pascal RICHARD : Un sujet de discussion photographique qui vous tient à cœur ? Vous avez un message à faire passer auprès des lectrices et lecteurs de Europe Photo ?

Marc MALDINEZ : Je souhaite aux lecteurs d'Europe Photo de prendre encore longtemps du plaisir à réaliser des images, à fixer la réalité ou à la transformer, c'est une sorte de magie dont la technique nous a dotée, avec des outils de plus de plus simples d'utilisation et de plus en plus performants; alors profitons de cette magie de l'image et montrons ce que nous savons en faire ! Si vous avez des oeuvres photographiques à présenter ou à exposer, n'hésitez pas à me contacter ici sur : www.photobis.com

Marc Maldinez, Fondateur de PHOTOBIS qu'il dirige depuis la création du site en 1994. Egalement, directeur du Cabinet d'Etudes en Réalisations Culturelles et Logistiques Evénementielles (CERCLE)

Propos recueillis par Pascal RICHARD pour Europe Photo, 12 avril 2010



cliquez ici pour demander votre Espace Web Photo !


FaceBook  Twitter  Wikio  scoopeo  fuzz  tapemoi  nuouz  bookeet  pioche  Partagez sur del.icio.us  Partagez sur digg.com  Partagez sur furl.net  Partagez sur netscape.com  Partagez sur Yahoo! Mon Web 2.0  Partagez sur StumbleUpon  Partagez sur Google Bookmarks  Partagez sur Technorati  Partagez sur blinklist  Partagez sur ma.gnolia  spurl  simpy  reddit  fark  blogmarks  smarking 

>>> envoyez cette page à un ami :

Bon surf !
l'équipe du Portail PHOTOBIS,
http://www.photobis.com



Conformement à la loi No 78-17 du 6 janvier 1978, si vous désirez vous désinscrire : Cliquez ici

Pour recevoir la News Letter Photobis cliquez sur :

Pour accéder à l'index global des archives de l'ensemble des News Letters Photobis : Cliquez ici


RSS - Fil d'infos Photobis News Actus Les News Photographiques en fil RSS sur Photobis :
Des Tests d'appareils photo numériques, des Conseils en ligne, des infos Expos & Galeries Photo  !
RSS - Flux d'infos Photobis News Actus Photo Les dernières News RSS Photo avec notre Partenaire et les sites inscrits :


RSS - Flux d'infos Photobis News Actus Photo et les dernières News RSS Photo lancées spécifiquement par le Portail PHOTOBIS :
Pour insérer ce tableau de News Rss spécifiques du Portail PHOTOBIS, voici le code html :

Le Fil RSS de syndication de News du Portail PHOTOBIS est ici, abonnez-vous : RSS - Fil d'infos Photobis News Actus
Lire l'intégralité du Fil des News Rss du Portail PHOTOBIS avec FeedBurner ici : RSS - Fil d'infos Photobis avec FeedBurner
Pour proposer votre propre News Photo sur le Fil d'informations RSS de PHOTOBIS : c'est ici !
Nos Partenaires diffuseurs de News RSS que nous remercions pour leur travail et leur efficacité :
1001portails











le Blog de Photobis  RSS - Flux d'infos Photobis News Actus Photo  Passez votre info via les NEWS RSS PHOTO ! Cliquez ici pour exposer sur Paris en Galerie  Locations of visitors to this page  Référencement de site photo, comment référencer sa galerie photo Espace Web Galerie - demandez votre galerie photo FaceBook  Twitter


Publicité sur Photobis




  
  UpDate - Mise à Jour
  
  Plan du Site Photobis
  Une Page au Hasard
  Recherche 
  
  Les Galeries Photos
  Photographes du Site
  ici : votre Galerie !
  
  Passez vos Annonces
  Ici Ajoutez votre Site
  Lien avec Photobis...
  
  Info Festival Photobis
  Archives des Festivals
  ici : inscrivez-vous !
  
  Annuaire des Moteurs
  Annuaire des Marques
  Annuaire des Modèles
  Annuaire Institutionnel
  
  TOP 100 + Sites Perso
  Sélection de Top Sites
  
  © CERCLE Production
  photobis@photobis.com
  Services Pub & Média